L’artiste groisillonne Ilona Stephani pratique le gyotaku, art traditionnel japonais consistant à faire une empreinte à l’encre de Chine sur papier de riz. Cet art né au XVIIe siècle, était né de l’envie des pêcheurs de rendre hommage aux poissons que la mer leur offrait. Ainsi ils gardaient une trace de leurs plus belles pêches. Eh oui, pas de photos à l’époque !

S’appuyant sur l’aide et l’engagement des pêcheurs de Groix, Ilona Stephani perpétue cette tradition et en fait un support de réflexion sur l’empreinte humaine sur l’environnement et sa préservation. L’empreinte du poisson devient une métaphore de l’existence des espèces et de leur fragilité, et ainsi le visiteur est sensibilisé au vivant qui l’entoure et dont il fait partie.

2 ateliers : Initiez-vous à cette pratique artistique japonaise méconnue, où le contact du poisson avec l’encre et le papier de riz produit des empreintes uniques et oniriques.
Tout public, sur inscription. Réservé aux abonnés du réseau Calliopé

  • le samedi 7 mai de 14h30 à 16h30
  • le samedi 28 mai de 14h30 à 16h30

Vernissage de l’exposition le vendredi 6 mai à 18h30

Détails des prochaines sessions

Du au